Socialism is the Best Medicine

Socialism is the Best Medicine

Engels and the WHO Report

September 1, 2008

Comments

Chapter 2 of SICK and SICKER: Essays on Class, Health and Health Care

With the headline, “Inequalities are Killing People on a Grand Scale,” the World Health Organization released its 2008 report, Closing the Gap in a Generation: Health Equity through Action on the Social Determinants of Health.

The WHO Report confirmed health inequities between nations as well as “health gradients” within them. It confirmed that the poor are worse off than those less deprived, the less deprived are worse off than those with average incomes, and so on up the social hierarchy. It confirmed that this health gradient exists in all nations, including the richest. It also confirmed that health equality cannot be achieved by medical systems alone.

“Water-borne diseases are not caused by a lack of antibiotics but by dirty water, and by the political, social, and economic forces that fail to make clean water available to all; heart disease is caused not by a lack of coronary care units but by the lives people lead, which are shaped by the environments in which they live; obesity is not caused by moral failure on tahe part of individuals but by the excess availability of high-fat and high-sugar foods.”

Not one of these findings is new.

Studies of health inequity date back to the 19th century, when the rise of industrial capitalism spurred the development of the public health movement.

The founder of Social Medicine is generally considered to be Rudolf Virchow (1821 – 1902), a liberal physician and public health activist. However, that title properly belongs to Frederick Engels (1820 – 1895), Karl Marx’s comrade and collaborator.

Engels was the first to connect a broad number of medical and social problems to the way capitalism is organized. Between September 1844 and March 1845, Engels researched the human impact of the industrial revolution in England. He published his findings in The Condition of The Working Class in England: From Personal Observation and Authentic Sources.

Over the past 165 years, much has changed.

The United States has replaced England as the center of the industrial world. In many nations, higher living standards have lengthened life-spans and lowered child death rates. Yet much remains the same, and some things are worse.

As the WHO report documents, health inequality continues to follow income inequality, and both are increasing.

In 1980, the richest countries had a gross national income 60 times that of the poorest countries. By 2005, this difference had more than doubled. The global poor now suffer many of the same health and social problems that Engels documented in England: extreme poverty, environmental pollution, lack of sanitation, contaminated food, preventable diseases and premature deaths.

As I read the WHO report, I wondered what Engels would think of it. So I constructed a fictional interview for the purpose of comparing his findings with current conditions. His words (taken from his book) are in italics. I am responsible for the rest of this imaginary conversation.

SR: In your book, you emphasize the importance of personal observation.

Engels: The realities of working-class life are so little known that even the well-meaning “societies for the uplift of the working-classes,” are based on the most ridiculous and preposterous judgments concerning the real conditions of workers. And yet, the condition of the working-class is the real basis and point of departure of all social movements.

I studied the various official and non-official documents as far as I could get them, but I wanted more than a mere abstract knowledge of my subject. I wanted to see workers in their own homes, to observe them in their everyday life, to chat with them on their conditions and grievances, to witness their struggles against the social and political power of their oppressors. To do this, I gave up the company and the dinner-parties, the port-wine and champagne of the middle-classes, and devoted my leisure-hours almost exclusively to conversation with working folk. I am both glad and proud of having done so. Glad, because I spent many a happy hour in learning the realities of life – many an hour, which would otherwise have been wasted in fashionable talk and tiresome etiquette; proud, because I got the opportunity to do justice to an oppressed and falsely maligned class of people, who with all their faults and under all the disadvantages of their situation, yet command more respect than their brutally selfish ruling class.

Class and Health

SR: You document a strong link between class and health in England, which was the world’s richest nation in your time.

Engels: In Liverpool, in 1840, the average longevity of the upper classes, gentry, professional men, etc., was 35 years; that of the business men and better-placed handicraftsmen, 22 years; and that of the operatives, day-laborers, and serviceable class in general, only 15 years.

SR: The world’s richest nation is now the United States, where death rates are not recorded by class. However, the nation’s poorest adults are nearly five times more likely to be in “poor or fair” health than the richest, and at every income level the wealthier group is healthier than the one below it. You actually found a report of differing mortality rates on different streets.

Engels: Dr. P. H. Holland studied a suburb of Manchester. He divided the houses and streets into three classes each, and found that the mortality in the streets of the second class is 18 per cent greater, and in the streets of the third class 68 per cent greater than in those of the first class; that the mortality in the houses of the second class is 31 per cent greater, and in the third class 78 per cent greater than in those of the first class; that the mortality in those bad streets which were improved, decreased 25 per cent. Holland concluded his report with this unusually frank remark.

“When we find the rate of mortality four times as high in some streets as in others, and twice as high in whole classes of streets as in other classes, and further find that it is all but invariably high in those streets which are in bad condition, and almost invariably low in those whose condition is good, we cannot resist the conclusion that multitudes of our fellow-creatures, hundreds of our immediate neighbors, are annually destroyed for want of the most evident precautions.”

SR: In the United States, infant deaths are recorded by location and race, which are related to class. In 2004, the US infant mortality rate was 7 for every 1,000 births, in Tennessee it was 9, in Memphis it was 14, and in one ZIP code of Memphis (38108), it was 31, which is higher than many impoverished nations. The overall death rate for Black babies is from two to three times higher than it is for White babies.

Engels: There is a heavy mortality among young children in the working-class. The tender frame of a child is least able to withstand the unfavourable influences of an inferior lot in life; the neglect to which they are often subjected, when both parents work or one is dead, avenges itself promptly, and no one need wonder that, in Manchester, more than 57 per cent of the children of the working-class perish before the fifth year, while but 20 per cent of the children of the higher classes, and not quite 32 per cent of the children of all classes in the country die under five years of age.

Contaminated Food

SR: You document the poor quality of food consumed by the working class.

Engels: In the great towns of England the best food can be found, but it costs money; and the workman, who must keep house on a couple of pence, cannot afford much expense. The potatoes which the workers buy are usually poor, the vegetables wilted, the cheese old and of poor quality, the bacon rancid, the meat lean, tough, taken from old, often diseased cattle, or such as have died a natural death, and not fresh even then, often half decayed.

On the 6th of January, 1844 (if I am not greatly mistaken) in Manchester, eleven meat-sellers were fined for having sold tainted meat. Each of them had a whole ox or pig, or several sheep, or from fifty to sixty pounds of meat, which were all confiscated in a tainted condition. In one case, fifty-four stuffed Christmas geese were seized which had proved unsaleable in Liverpool, and had been forwarded to Manchester, where they were brought to market foul and rotten. But these are by no means all the cases; they do not even form a fair average.

SR: Contaminated food is still an issue. In Britain in 1986, over a hundred people died and many more were infected with a deadly brain disease (BSE) that was caused by feeding diseased animal parts to cows that were then processed for human food. Most of the victims were workers who eat cheap ground beef that is combined from many carcasses.

Today, food is produced and distributed on a much larger scale than it was in your time, which makes the problem of contamination much more serious. In 2003, the first BSE-infected cow was detected in the US. Before the diagnosis could be confirmed, meat from the infected animal had been dispersed to more than eight states, and the cow’s infected spinal cord had been incorporated into food for pets, pigs, and poultry.

Engels: And when one reflects upon the many cases that escape detection under the slender supervision of the market inspectors – when one considers how great the temptation must be, in view of the incomprehensibly small fines mentioned in the foregoing cases; when one reflects what condition a piece of meat must have reached to be seized by the inspectors, it is impossible to believe that the workers obtain good and nourishing meat as a usual thing.

SR: We have more regulations to protect the food supply, but they are poorly enforced. Government food inspection agencies are so understaffed that the responsibility for food safety has fallen to the same industries that profit by cutting corners. And when the media report that people are getting sick and dying from ingesting food contaminated with E. Coli, Listeria and other pathogens, the government’s first move is to protect industry profits.

After the first BSE-infected cow was identified in the US, the Department of Agriculture announced that “the food supply is fully protected and consumers should feel fully confident that the beef supply in this country is very safe to eat.” When more diseased cows were identified, the DA announced that it was reducing testing for BSE. Less testing lowers the risk of identifying sick animals.

Engels: The capitalists have made progress in the art of hiding the distress of the working-class.

SR: You also describe extensive food adulteration.

Engels: Dealers and manufacturers adulterate all kinds of provisions in an atrocious manner, and without the slightest regard to the health of the consumers. Let us hear from the Liverpool Mercury (I delight in the testimony of my opponents):

“Salt butter is molded into the form of pounds of fresh butter, and cased over with fresh. In other instances a pound of fresh is conspicuously placed to be tasted; but that pound is not sold; and in other instances salt butter, washed, is molded and sold as fresh…. Pounded rice and other cheap materials are mixed in sugar, and sold at full monopoly price. A chemical substance – the refuse of the soap factories – is also mixed with other substances and sold as sugar…. Cocoa is extensively adulterated with fine brown earth, wrought up with mutton fat….Nasty things of all sorts are mixed with tobacco in all its manufactured forms.”

SR: It’s no different today. The better-off can afford a healthful organic diet, while the workers’ food continues to be adulterated. Most cheap foods are devoid of nutrients and contain long lists of additives to enhance color, flavor, texture and shelf-life. These low-nutrition, high-profit food “products” fill the bellies of the working class, generating digestive disorders, malnutrition, obesity, diabetes and many other diseases.

Child Drugging

SR: You condemn “the custom of giving young children spirits, and even opium” to keep them quiet.

Engels: One of the most injurious patent medicines is a drink prepared with opiates, chiefly laudanum, under the name Godfrey’s Cordial. Women who work at home, and have their own and other people’s children to take care of, give them this drink to keep them quiet, and, as many believe, to strengthen them. They often begin to give this medicine to newly born children, and continue, without knowing the effects of this “heart’s-ease”, until the children die. The less susceptible the child’s system to the action of the opium, the greater the quantities administered. When the cordial ceases to act, laudanum alone is given, often to the extent of fifteen to twenty drops at a dose.

The effects upon the children so treated may be readily imagined. They are pale, feeble, wilted, and usually die before completing the second year. The use of this cordial is very extensive in all great towns and industrial districts in the kingdom.

SR: Child drugging has reached epidemic proportions today, with millions of youngsters being prescribed powerful and addictive substances to keep them quiet.

Despite the many parallels, conditions for workers in the industrial nations are generally better then they were in your time. You acknowledge this in the 1892 preface to your book when you wrote, “the most crying abuses described in this book have either disappeared or have been made less conspicuous.”

Engels: The state of things described in my book belongs, in many respects, to the past, as far as England is concerned. Repeated visitations of cholera, typhus, smallpox, and other epidemics have shown the British bourgeois the urgent necessity of sanitation in his towns and cities, if he wishes to save himself and family from falling victims to such diseases. Moreover, the capitalists were learning, more and more, that they could never obtain full social and political power over the nation except by the help of the working-class.

SR: Since your time, capital accumulation has advanced exponentially, and the problems you describe have spread to many other nations. We have the knowledge and technology to protect our environment and our health, but the drive for profit is ruining both.

Your book covers so much more that we could discuss, but let’s proceed to the matter of solutions.

What Must Be Done

SR: The WHO report recommends improving living and working conditions and distributing power, money, and resources more equitably so that everyone can enjoy a healthful standard of living. To implement these measures, the report supports “the primary role of the state in the provision of basic services essential to health (such as clean water and sanitation) and the regulation of goods and services with a major impact on health (such as tobacco, alcohol, and food).”

Engels: Has the capitalist class ever paid any serious attention to social grievances? Have they done more than pay the expenses of half-a-dozen commissions of inquiry, whose voluminous reports are damned to everlasting slumber among heaps of waste paper on government shelves? Have they even done as much as to compile from those rotting blue-books a single readable book from which everybody might easily get some information on the condition of the great majority. No indeed, those are things they do not like to speak of.

SR: We now have a mountain of reports on the condition of the working class, but none blame capitalism for the problems they document, and all call for more State regulation.

Engels: Regulations are as plentiful as blackberries; but they only contain the distress of the workers, they cannot remove it.

The relation of the manufacturer to his operatives has nothing human in it; it is purely economic. The manufacturer is Capital, the operative Labour. And if the operative will not be forced into this abstraction, if he insists that he is not Labour, but a man, who possesses, among other things, the attribute of labour-force, if he takes it into his head that he need not allow himself to be sold and bought in the market, as the commodity “Labour”, the capitalist reason comes to a standstill. He cannot comprehend that he holds any other relation to the operatives than that of purchase and sale; he sees in them not human beings, but hands, as he constantly calls them to their faces.

That is the basis of the system which tends more and more to split society into a few Rothschilds and Vanderbilts, the owners of all the means of production and subsistence, on the one hand, and an immense number of wage-workers, the owners of nothing but their labor-force, on the other. So that inequality of all kinds is caused, not by this or that secondary grievance, but by the system itself – this fact has been brought out in bold relief by the development of capitalism.

SR: The WHO report disagrees, assuring us that “the private sector has much to offer that could enhance health and well-being,” in particular, by improving working conditions. Yet such a measure would cut into profits.

Engels: When one individual inflicts bodily injury upon another, such injury that death results, we call the deed manslaughter; when the assailant knew in advance that the injury would be fatal, we call his deed murder.

When society places workers in such a position that they inevitably meet a too early and an unnatural death, one which is quite as much a death by violence as that by the sword or bullet; when it deprives thousands of the necessaries of life, places them under conditions in which they cannot live – forces them, through the strong arm of the law, to remain in such conditions until that death ensues which is the inevitable consequence – knows that these thousands of victims must perish, and yet permits these conditions to remain, its deed is murder just as surely as the deed of the single individual; disguised, malicious murder, murder against which none can defend himself, which does not seem what it is, because no man sees the murderer, because the death of the victim seems a natural one, since the offence is more one of omission than of commission. But murder it remains.

Capitalism daily and hourly commits social murder. It has placed the workers under conditions in which they can neither retain health nor live long; it undermines the vital force of these workers gradually, little by little, and so hurries them to the grave before their time. The capitalist class knows how injurious such conditions are to the health and the life of the workers, and yet does nothing to improve these conditions.

SR: Your book calls on the capitalist class “either to continue its rule under the unanswerable charge of murder and in spite of this charge, or to abdicate in favour of the labouring-class. Hitherto it has chosen the former course.” Did you really expect capitalists to abdicate their rule?

Engels: I confess that I was only 24 when I wrote that book and politically immature when I stressed that socialism is a question of humanity and not of the workers alone. This is true enough in the abstract, but absolutely useless, and sometimes worse, in practice. So long as the wealthy classes not only do not feel the want of any emancipation, but strenuously oppose the self-emancipation of the working-class, so long the social revolution will have to be prepared and fought out by the working-class alone.

And today, those who, from the “impartiality” of their superior standpoint, preach to the workers a Socialism soaring high above their class interests and class struggles, and tending to reconcile in a higher humanity the interests of both the contending classes – these people are either naive, with much to learn, or they are the worst enemies of the workers – wolves in sheep’s clothing. I explain this in Socialism, Utopian and Scientific (1880).

SR: I can see why the capitalists refuse to acknowledge you as the founder of Social Medicine. They recoil at your insistence that the only way to eliminate health inequality is to abolish class divisions. Yet you continue to be proved right.

The WHO report calculated that if racism were abolished so that mortality rates between White and Black Americans were the same, 886,202 deaths would have been avoided between 1991 and 2000. Over the same period, only 176,633 lives were saved by medical advances.

The World Bank estimates that $124 billion would be sufficient to end extreme poverty around the globe and save millions of lives. That’s less than 0.7 percent of the GDP of the 22 richest nations. Most of these nations give nothing close to this pittance, yet they boast of their generosity.

Engels: The English capitalist class is charitable out of self interest; it gives nothing outright, but regards its gifts as a business matter, makes a bargain with the poor, saying:

“If I spend this much upon benevolent institutions, I thereby purchase the right not to be troubled any further, and you are bound thereby to stay in your dusky holes and not to irritate my tender nerves by exposing your misery. You shall despair as before, but you shall despair unseen, this I require, this I purchase with my subscription of twenty pounds for the infirmary!”

It is infamous, this charity of a Christian capitalist! As though they rendered the workers a service in first sucking out their very life-blood and then placing themselves before the world as mighty benefactors of humanity when they give back to the plundered victims the hundredth part of what belongs to them!

SR: The WHO report starts with a bang – INEQUALITIES ARE KILLING PEOPLE ON A GRAND SCALE – and ends with a whimper, with a plea for the “political will” to make change.

Engels: Having had ample opportunity to observe the capitalist class, I have concluded that workers are perfectly right in expecting no support whatever from them. Their interest is diametrically opposed to those of the workers, though they always will try to maintain the contrary and to profess their most hearty sympathy with the suffering they cause. Yet, their actions give them away. I have collected more than sufficient evidence of the fact, that – be their words what they please – the capitalists want nothing more than to enrich themselves at the expense of workers and to abandon them to starvation as soon as no further profit can be made.

SR: Thank you for taking the time to talk with us.

Engels: Don’t thank me. Organize!

Par Susan Rosenthal

Traduction VD et des Bassines et du Zèle pour le Grand Soir.

Le 28 août, la Commission des déterminants sociaux en matière de santé de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) publiait son rapport- "Combler le fossé en une génération : l'équité devant la santé grâce aux déterminants sociaux en matière de santé,", le résumant en une phrase : "Les inégalités sociales tuent à grande échelle".

La Commission a confirmé les conclusions des rapports précédents sur les inégalités en matière de santé entre les différents pays mais également au sein d'un même pays. Elle a confirmé que les pauvres sont plus mal lotis que ceux qui sont moins défavorisés, que les moins défavorisés sont plus mal lotis que ceux qui ont des revenus moyens, et ainsi de suite jusqu'au sommet de l'échelle sociale. Elle a confirmé que ces différences existent dans tous les pays, même dans les pays riches. Elle a aussi confirmé que l'égalité devant la santé ne peut pas être garantie uniquement par les systèmes de soins médicaux.

"Les maladies dues à l'eau ne sont pas provoquées par un manque d'antibiotiques mais par la pollution de l'eau, cela parce que les pouvoirs sociaux, politiques et économiques ne se soucient pas de fournir de l'eau non polluée à la population ; les maladies cardiaques sont provoquées non pas par le manque de services de cardiologie mais par la vie que mènent les gens qui est conditionnée par l'environnement dans lequel ils vivent ; l'obésité n'est pas due à des problèmes psychiques mais à l'excès de graisses et de sucre dans les produits alimentaires industriels."

Aucune de ces conclusions n'est nouvelle. Les études sur les inégalités face aux problèmes de santé remontent à la Révolution Industrielle du XIX°s et ont provoqué l'essor du mouvement pour la santé publique.

On attribue généralement la paternité de la médecine sociale à Rudolf Virchow (1821-1902), médecin progressiste et défenseur de la santé publique. Néanmoins, je pense que c'est à Frederick Engels (1820-1895), ami et collaborateur de Karl Marx, que revient ce mérite.

Engels a été le premier à relier un grand nombre de problèmes sociaux et médicaux à la façon dont le capitalisme est structuré. Entre septembre 1844 et mars 1845, Engels a travaillé sur l'impact qu'a eue la révolution industrielle sur les êtres humains en Angleterre. Et il a publié ses conclusions dans : "La situation de la classe laborieuse en Angleterre" (1845).

Au cours de ces 163 ans, il y a eu beaucoup de changements. Les Etats-Unis sont devenus le centre du monde industriel à la place de l'Angleterre. Les niveaux de vie plus élevés ont prolongé l'espérance de vie et fait baisser le taux de mortalité infantile dans beaucoup de pays. Et pourtant, beaucoup de choses sont restées pareilles, et d'autres sont devenues pires.

Comme l'indique le rapport de l'OMS, les inégalités face à la santé continuent d'aller de pair avec les inégalités de salaires, et les deux se sont aggravées. En 1980, le PIB des pays les plus riches était 60 fois plus élevé que celui des pays les plus pauvres. En 2005, cette différence avait plus que doublé. La population mondiale connaît actuellement les nombreux problèmes sociaux et médicaux qu'avait décrit Engels à l'époque concernant l'Angleterre : la pauvreté extrême, la pollution environnementale, le manque d'hygiène, l'alimentation malsaine, les maladies évitables et les morts prématurées.

En lisant le rapport de l'OMS, je me suis demandé ce qu'en aurait pensé Engels. Et j'ai donc imaginé une interview dans le but de comparer ses conclusions avec les conditions actuelles. Les propos d'Engels tirés de son livre sont soulignés. Le reste de cette conversation fictive est de moi.

Classes sociales et santé

SR : Votre livre montre bien que classe sociale et santé sont étroitement liées dans le pays qui était à l'époque le pays le plus riche du monde.

Engels : Oui, à Liverpool, en 1840, la longévité moyenne de l'aristocratie, la petite noblesse, la bourgeoisie, etc. était de 35 ans ; celle des commerçants et des artisans les mieux lotis, de 22 ans ; et celle des ouvriers, des manoeuvres et des employés des services, de 15 ans seulement

SR : Aux Etats-Unis, actuellement le pays le plus riche de la planète, les taux de mortalité ne sont pas répertoriés selon les classes sociales. Cependant, les adultes les plus pauvres du pays sont 5 fois plus susceptibles d'être de santé "médiocre ou mauvaise" que les plus riches, et pour chaque tranche de revenu, le groupe supérieur le plus aisé est en meilleure santé que le groupe inférieur. Et ces différences existent pour tous les groupes ethniques.

Engels : Il y a une mortalité très importante chez les jeunes enfants de la classe ouvrière. La vulnérabilité d'un enfant l'expose davantage aux nuisances liées aux conditions de vie difficiles ; le manque d'attention dont il fait souvent l'objet, soit parce que ses deux parents travaillent soit que l'un des deux est décédé, se retourne vite contre lui, et pas étonnant qu'à Manchester plus de 57% des enfants de la classe ouvrière meurent avant l'âge de 5 ans, par rapport à seulement 20% des enfants des classes les plus favorisées et pas tout à fait 32% des enfants toutes classes sociales confondues.

SR : La mortalité infantile en Amérique est classée par lieu et par groupes ethniques, qui sont plus ou moins assimilés aux classes sociales. Dans les états plus pauvres, comme le Mississippi, le taux de mortalité infantile s'élève à plus du double de celui d'états plus riches comme le Vermont. Et le taux de mortalité global des nourrissons noirs est deux fois et demie plus élevé que celui des nourrissons blancs.

Vous avez découvert une étude effectuée sur les différences de taux de mortalités infantiles en fonction des rues où habitaient les enfants.

Engels : En effet. Le docteur P. H. Holland a réalisé une enquête dans une banlieue de Manchester. Il a classé les maisons et les rues en trois catégories, et a constaté que le taux de mortalité dans les rues de la deuxième catégorie est de 18% plus élevé et dans les rues de la troisième catégorie de 68% plus élevé que celui de la première catégorie ; que le taux de mortalité dans les maisons de la deuxième catégorie est de 31% plus élevé, dans celles de la troisième catégorie de 78% plus élevé que dans celles de la première catégorie ; que le taux de mortalité dans les rues délabrées a chuté de 25% une fois qu'elles ont été rénovées. Holland termine son rapport en faisant ce commentaire d'une franchise inhabituelle.

"Quand on constate que le taux de mortalité est 4 fois plus élevé dans certaines rues que dans d'autres, et deux fois plus élevé toutes catégories confondues que dans d'autres catégories, et qu'on constate, d'autre part, qu'il est invariablement élevé dans les rues délabrées, et pratiquement invariablement bas dans celles où les conditions de vie sont satisfaisantes, on ne peut pas s'empêcher de conclure qu'une multitude de nos semblables, des centaines de nos voisins immédiats, sont décimés chaque année parce que les mesures de prévention les plus évidentes ne sont pas prises."

SR : Des études aussi détaillées sont rarement réalisées ici, mais j'ai bien l'impression qu'on en arriverait aux mêmes conclusions.

La médiocrité des aliments

SR : Vous indiquez la médiocrité des produits alimentaires consommés par la classe ouvrière.

Engels : Dans les grandes villes d'Angleterre on peut trouver les meilleurs produits, mais ils coûtent cher ; et l'ouvrier, qui doit entretenir une famille avec quelques centimes, n'a pas les moyens de faire des dépenses inconsidérées. Les pommes de terre qu'achètent les ouvriers sont de qualité médiocre, les légumes abîmés, le fromage trop vieux et de qualité inférieure, le bacon rance, la viande dure et provenant de vieilles vaches, souvent malades, ou qui sont mortes de mort naturelle, et de toute façon pas fraîche même là, et souvent à moitié avariée.

Le 6 janvier 1844 (si je ne me trompe pas) à Manchester, 11 bouchers ont été condamnés à payer une amende pour avoir vendu de la viande avariée. On a trouvé chez eux soit un boeuf ou un cochon entier, soit plusieurs moutons ou bien encore entre 25 et 30 kg de viande qui étaient avariés et qui ont été confisqués. Dans un autre cas, 54 oies de Noël farcies ont été saisies : déclarées impropres à la vente à Liverpool, elles avaient été expédiées à Manchester.

SR : Aujourd'hui encore, il y a des maladies dues à la contamination de la viande et des produits agricoles. En Grande Bretagne en 1986, est apparue une maladie cérébrale (l'ESB) parce que les vaches destinées à la consommation étaient nourries avec des farines animales. Plus d'une centaine de personnes en sont mortes et bien d'autres ont été contaminées. Les victimes étaient majoritairement des ouvriers qui achetaient du bœuf haché bon marché, qui est fabriqué industriellement avec des carcasses de diverses provenances.

Actuellement, la nourriture est produite et distribuée à une bien plus grande échelle qu'à votre époque, ce qui aggrave encore davantage le problème de contamination. En 2003, la première vache contaminée a été signalée aux Etats-Unis, et avant que le diagnostic ait été confirmé, la viande provenant de l'animal contaminé avait été distribuée dans plus de huit états différents et sa moelle épinière avait été utilisée pour fabriquer de la nourriture pour animaux de compagnie, pour les cochons et les volailles.

Engels : Et quand on réfléchit aux nombreux cas qui échappent à toute détection, à cause du manque de contrôle des services vétérinaires (quand on imagine la tentation que cela doit être, étant donné les amendes ridicules qui ont été infligées dans les cas précédents ; quand on pense à l'état dans lequel il fallait que soit la viande pour être saisie par les services vétérinaires), on ne peut pas croire que les ouvriers ont, en règle générale, accès à de la bonne viande bien nourrissante.

SR : Nous avons, aujourd'hui, une réglementation des produits alimentaires bien plus stricte, mais elle est peu appliquée. On "fait confiance" aux industriels pour s'auto-discipliner. Quand des problèmes surgissent, le principal souci du gouvernement est de protéger les intérêts des groupes industriels. Après la découverte du premier cas de vache folle, le Ministère de l'Agriculture nous a rassurés en nous garantissant que "l'alimentation est totalement sans danger et les consommateurs peuvent être assurés que le boeuf de ce pays ne comporte aucun risque à la consommation". Quand il y a eu d'autres cas de vaches folles, le ministère de l'agriculture a annoncé qu'ils allaient réduire le nombre de tests de dépistage de l'ESB. Moins de dépistage, c'est moins de risque de détecter les animaux contaminés.

Engels : Les capitalistes ont fait des progrès dans l'art de cacher la misère de la classe ouvrière.

SR : Vous parlez également de fraudes sur les produits alimentaires

Engels : Les négociants et les industriels dénaturent atrocement totes sortes de produits, et sans la moindre considération pour la santé des consommateurs. Mais ne me croyez pas sur parole, écoutez plutôt ce qu'en dit Liverpool Mercury (j'adore citer mes adversaires) :

"Le beurre salé est présenté comme une motte de beurre frais et placé à côté du frais. Ou alors, une livre de beurre frais destinée à la dégustation est ostensiblement placée sur l'étalage, mais ce beurre n'est pas en vente ; Ou bien encore, le beurre salé, une fois lavé, est présenté en motte et vendu pour du frais ... Du riz pilé et d'autres ingrédients bon marché sont mélangés avec du sucre et vendus au tarif des produits de monopole. Une substance chimique (les déchets des fabriques de savon) est également mélangée avec d'autres produits et vendue pour du sucre ... Au cacao, on ajoute abondamment de la terre marron fine, en les amalgamant avec de la graisse de mouton ... Des produits nocifs de toutes sortes sont mélangés au tabac quelle que soit la forme sous laquelle il se présente ensuite."

SR : Ce n'est guère différent de nos jours. Les nantis peuvent s'acheter des produits bio alors que l'alimentation des classes ouvrières est dénaturée. Il est pratiquement impossible de trouver des produits bon marché qui ne contiennent pas toute une série d'adjuvants pour améliorer la couleur, le goût, la texture ou la durée de conservation. Beaucoup de ces adjuvants sont indigestes ou dangereux pour la santé, mais ils rendent les produits alimentaires à faible coût très rentables. Ces produits alimentaires frelatés remplissent le ventre de la classe ouvrière, engendrant des troubles digestifs, la malnutrition, l'obésité et le diabète.

Administration de drogues aux enfants

SR : Vous condamnez « l'habitude de donner de l'alcool aux jeunes enfants, et même de l'opium » pour les faire tenir tranquilles.

Engels : Un des médicaments commercialisés les plus dangereux est une boisson préparée à base d'opiats (à base d'opium - ndt), principalement le laudanum, sous la marque Godfrey's Cordial. Les femmes qui travaillent à la maison, qui ont leurs enfants et d'autres à garder, leur administrent cette boisson pour les calmer et, comme beaucoup le croient, pour les fortifier. Elles commencent souvent à administrer ce produits aux enfants dés leur naissance et continuent ensuite sans connaître les effets de ce « calmant » sur le système de l'enfant, jusqu'à ce que les enfants meurent. Et si le corps de l'enfant ne réagit pas suffisamment à l'action de l'opium, on augmente les doses. Lorsque le produit n'agit plus, on administrera du laudanum seul, jusqu'à 15 ou 20 gouttes par prise.

On peut facilement imaginer les effets produits sur les enfants. Ils sont pales, faibles, amorphes, et meurent généralement avant d'atteindre l'âge de deux ans. L'utilisation de ce produit est très répandue dans les grandes villes et les agglomérations industrielles du royaume.

SR : Aujourd'hui, l'administration de drogues aux enfants a atteint des proportions épidémiques, avec des millions de jeunes à qui ont prescrit des substances addictives pour les calmer et les faire tenir tranquilles.

Malgré les nombreux parallèles, les conditions des travailleurs dans les pays industrialisés sont généralement meilleures aujourd'hui qu'à votre époque. Vous le reconnaissez dans la préface de 1892 de votre livre, « les abus les plus flagrants décrits dans ce livre soit ont disparus, soit ont été rendus moins criants ».

Engels : La situation décrite dans mon livre, par bien des aspects, appartient au passé, du moins en Angleterre. Des apparitions régulières de choléra, de typhus, de variole, et autres épidémies ont convaincu la bourgeoisie britannique de l'urgente nécessité d'améliorer les conditions d'hygiène dans ses villes si elle veut être elle-même épargnée par ces maladies. De plus, les capitalistes comprennent de plus en plus qu'ils ne pourront jamais obtenir le contrôle total du pouvoir social et politique du pays sans l'aide de la classe ouvrière. Alors ils acceptent des réformes pour améliorer les conditions de vie des travailleurs.

SR : les problèmes les plus graves que vous décrivez peuvent désormais être trouvés dans les pays plus pauvres. Ce qui n'empêche pas les pays les plus riches de connaître une pollution de l'air, des aliments et de l'eau. Nous avons une science et une technologie suffisante pour protéger la santé, mais la recherche du profit nous empêche de les utiliser à bon escient. Votre livre couvre un domaine beaucoup plus vaste, et il y a tellement d'autres sujets que nous pourrions aborder, mais venons-en aux solutions.

Que faire ?

SR : pour réduire les inégalités en matière de santé, l'OMS recommande l'amélioration des conditions de vie et de travail ; et une redistribution plus équitable du pouvoir, de l'argent et des ressources. Et dans une série de « choses à faire », elle formule quelques propositions, dont :

- investir dans le développement de l'enfance et l'éducation des femmes.

- suppression des barrières qui empêchent les filles et les garçons d'entrer à l'école et d'y rester.

- fourniture d'eau propre, de système d'évacuation des eaux usées et d'électricité pour tous.

- garantir un travail correctement rémunéré, dans des conditions de sécurité, qui ne soit pas un travail saisonnier et qui respecte un équilibre en durée du travail et temps libre, pour tous.

- garantir un niveau de vie et de santé minimum sous lequel personne ne tomberait pour des raisons indépendantes de sa volonté.

- garantir un accès universel à des services de santé de qualité.

Engels : comment mettront-ils en œuvre ces mesures ?

SR : la Commission souligne « le rôle primordial de l'état dans la fourniture de services essentiels à la santé (tels que l'eau/sanitaires) et dans la régulation des biens et services et ont le plus grand impact sur la santé (tels que tabac, alcool, et aliments). »

Engels : Quand est-ce que la classe capitaliste a jamais accordé une véritable attention aux revendications sociales ? Ont-ils jamais fait autre chose que financer une demi-douzaine de commissions d'enquête, dont les volumineux rapports sont condamnés à finir leurs jours sur des piles de papiers jaunis dans les archives du gouvernement ? Ont-ils jamais fait ne serait-ce qu'une compilation de tous ces rapports qui moisissent pour produire ne serait qu'un seul livre qui soit lisible, où tout le monde pourrait facilement trouver de l'information sur les conditions de vie de la grande majorité ? Non. Au contraire, ce sont des sujets dont ils n'aiment pas entendre parler.

SR : Comme vous l'avez dit, les capitalistes ont besoin de la coopération de la classe ouvrière et se maintenir au pouvoir, et les inégalités en matière de santé sont devenues si profondes et si répandues qu'on ne peut plus les ignorer. A présent nous avons une pile de rapports sur les conditions de la classe ouvrière, mais aucun ne met accusation le capitalisme pour les problèmes décrits. Tous en appellent à l'Etat pour freiner la cupidité de la classe capitaliste par des mesures de réglementation.

Engels : Des réglementations, on en a autant que l'on veut, ce n'est pas ce qui manque. Mais elles ne font que limiter les souffrances des travailleurs, elles ne peuvent pas les guérir. Dois-je vous rappeler que la classe capitaliste ne peut exister qu'en soutirant à la classe ouvrière le fruit de son travail ? C'est le principe même d'un système qui tend de plus en plus à diviser la société entre, d'un côté, quelques Rothschild et Vanderbilt, les propriétaires des moyens de production et de subsistance, et, d'un autre côté, un très grand nombre de salariés, les propriétaires de rien du tout sinon de leur force de travail. Ainsi sont générées des inégalités de toutes sortes, pas par telle ou telle injustice, mais par le système lui-même. Ce fait a été amplement démontré par le développement du capitalisme.

SR : le rapport de l'OMS n'est pas d'accord. Il nous affirme que « le secteur privé a beaucoup à offrir en termes d'amélioration des conditions de vie et de santé ». En particulier en améliorant les conditions de travail. Le rapport recommande aussi que « les activités et services du secteur privé (tels la fabrication et la commercialisation de médicaments vitaux, l'offre d'assurances santé) contribuent au lieu d'éroder l'égalité devant la santé ». Mais aucune de ces mesures ne représente une source de profits. Au contraire, toutes réduiraient les profits. C'est comme si on demandait au renard de ne pas manger la poule mais de prendre soin de sa santé.

Engels : Lorsqu'un individu inflige à un autre individu des blessures corporelles telles qu'elles entraînent la mort, on appelle ça un homicide. Lorsque l'assaillant savait à l'avance que les blessures seraient mortelles, on appelle ça un meurtre.

Lorsqu'une société place des travailleurs dans des conditions où inévitablement ils trouveront une mort précoce et non naturelle, une mort qui est tout aussi violente que celle provoquée par une lame ou une balle, lorsqu'elle prive des milliers de gens des besoins élémentaires de la vie, lorsqu'elle les place dans des conditions où ils ne peuvent vivre - lorsqu'elle les force, par le bras armé de la loi, à se maintenir dans ces conditions jusqu'à ce que mort s'ensuive et qui est la conséquence inévitable - lorsqu'elle sait que ces milliers de victimes doivent périr, et pourtant tolère leurs conditions, ceci constitue un meurtre au même titre que l'acte individuel ; un meurtre déguisé, cruel, contre lequel on ne peut pas se défendre, qui n'en a pas l'air parce que personne ne voit le meurtrier, parce que la mort de la victime parait naturelle, parce que le crime commis est plus le résultat d'une inaction que d'une action. Mais il n'en demeure pas moins que c'est un meurtre.

A chaque instant du jour le Capitalisme commet un meurtre social. Il a placé les travailleurs dans des conditions qui ne lui permettent ni de garder la santé, ni de vivre longtemps. Il sape progressivement la force vitale de ces travailleurs, petit à petit, et les entraine vers une mort prématurée. La classe capitaliste connait le danger pour la santé que représentent ces conditions de travail, en ne fait pourtant rien pour les améliorer.

SR : Votre livre interpelle la classe capitaliste et l'enjoint à « soit de poursuivre son exercice du pouvoir sous l'accusation incontestable de meurtre et de le poursuivre malgré cette accusation, soit d'abdiquer en faveur de la classe des travailleurs. Jusqu'à présent, elle a choisit de poursuivre. » Pensiez-vous réellement qu'ils allaient abandonner leur pouvoir ?

Engels : J'avoue que je n'avais que 24 ans lorsque j'ai écrit le livre et que j'étais politiquement immature lorsque j'ai affirmé que le socialisme concernait l'humanité et pas uniquement les travailleurs. Ce qui est assez vrai en théorie, mais absolument inutile, et parfois pire dans la pratique, tant que les classes possédantes non seulement refusent d'entendre parler de la moindre émancipation, mais s'opposent même à toute tentative d'auto-émancipation des travailleurs, tant que la révolution sociale devra être préparée et menée par la seule classe ouvrière.

Et ceux qui aujourd'hui, se basant sur « l'impartialité » de leurs hauteurs supérieures de point de vue, prêchent un Socialisme qui passerait très au-dessus les intérêts de classes et les luttes de classes, qui réconcilierait dans un humanisme supérieur les intérêts des deux classes antagonistes - ces gens sont soit naïfs, qui ont encore beaucoup à apprendre, soit ce sont les pires ennemis des travailleurs - des loups déguisés en moutons. J'ai expliqué ceci plus en détail dans « Socialisme Utopique et Socialisme Scientifique ».

SR : Je comprends pourquoi les capitalistes refusent de reconnaitre en vous le fondateur de la médecine sociale. Ils se braquent encore devant votre insistance à prétendre que la seule manière d'améliorer la santé et d'abolir les inégalités devant la santé c'est d'abolir les divisions de classe. Et pourtant, les éléments persistent à vous donner raison.

En 1998, une étude des villes étasuniennes a découvert que l'espérance de vie diminuait lorsque les revenus baissaient, et ceci dans toutes les tranches de revenus et pas uniquement chez les plus pauvres. En réduisant les inégalités de revenus pour les plus pauvres aux Etats-Unis on sauverait autant de vies que si on éradiquait les maladies cardiaques ou si on guérissait ou sauvait les vies de l'ensemble de tous les cancers du poumon, diabètes, accidents de voiture, morts du SIDA, suicides et homicides, réunis.

De plus, le rapport de l'OMS a calculé que si le racisme était aboli et si la longévité entre les étatsuniens blancs et noirs étaient les mêmes, 886.202 vies auraient été sauvées entre 1991 et 2000. Pendant la même période, seules 176.633 vies furent sauvées par les progrès en médecine. Et des millions de vies seraient sauvées dans les pays pauvres par l'amélioration de leurs conditions de vie.

Engels : A l'évidence, la pauvreté est plus grande que jamais. Mais tant que les travailleurs ne riposteront pas en tant que classe, il ne peut y avoir une amélioration.

SR : C'est vrai. Le rapport de l'OMS s'ouvre sur une déclaration explosive - LES INEGALITES TUENT A GRANDE ECHELLE - et se termine par un gémissement, un appel aux « volontés politiques » pour changer les choses. Merci de m'avoir consacré du temps.

Engels : Ne me remerciez pas. Organisez-vous !

0 Comments

0 Comments

Trackbacks/Pingbacks

  1. Inequality: The Root Source of Sickness | SusanRosenthal.com - Solidarity is the Best Medicine - [...] See also: Medical Rationing in the US and Canada and Engels and the WHO Report [...]
  2. The Myth of Scarcity, Managed Care and Modern Malthusians | SusanRosenthal.com - Solidarity is the Best Medicine - [...] See also Medical Rationing in the US and Canada,  Inequality: The Root Source of Sickness and Engels and the…

Submit a Comment

Your email address will not be published.

Related Posts

One World or No World. Choose!

One World or No World. Choose!

Yet another surge of COVID-19 has people wondering if this pandemic will ever end. It cannot end as long as disease is structured into the global chain of production. Until that changes, community lockdowns, vaccines, and travel restrictions can only slow viral spread, giving new variants time to emerge.

read more